19 Septembre 2016

Cardiospace

En 2016, le dispositif Cardiospace s'est envolé à bord du module orbital TianGong 2. Il a pour mission de suivre le système cardiovasculaire des astronautes chinois qui y séjourneront.

Depuis de nombreuses années, le CNES et ses partenaires hospitaliers étudient l'impact de la micropesanteur sur le système cardiovasculaire humain, notamment grâce aux dispositifs médicaux Cardiolab et Cardiomed présents à bord de la Station spatiale internationale (ISS). En 2016, un nouvel équipement Cardiospace, a pris la route de l'espace à bord du module spatial chinois TianGong 2. Il ciblera en particulier l'impact de l'impesanteur sur la micro-circulation – mesurée à l’aide d’un laser Doppler  – et sur la macro-circulation  – observée par échographie.

Le dispositif médical Cardiospace a été développé dans le cadre d'une convention franco-chinoise. Le CNES avait la responsabilité du développement et de la qualification du système Cardiospace, fournie en mars 2014 au China Astronaut Center (ACC). Des équipes de recherche du CHU d'Angers et de Tours ont apporté un support scientifique à son développement et sont utilisateurs, avec des équipes chinoises, des données médicales résultant de son exploitation.